Cartes de photolangage

Je vous propose aujourd’hui un petit article pour vous parler des cartes de photo-langage. Ces cartes qui ne requièrent aucune compétence en dessin mais font tout de même appel au pouvoir du visuel.

Le principe du photolangage est de permettre à un individu d’exprimer un propos via une carte avec une représentation visuelle (dessin, image ou photo).

Cartes de photolangage

Peut-être que vous aussi vous avez eu l’occasion de proposer ou de tester l’utilisation des cartes de photolangage (Cartes « Oh », cartes Dixit, Habitat, Persona ou autres) en réunion, en formation ou dans d’autres contextes?

Il existe une multitude d’idées d’utilisation de cet outil. Pour ma part, je les utilise dans plusieurs contextes aussi bien professionnels que personnels :

  • En formation, souvent pour permettre aux participant.e.s d’exprimer leur ressentis lors de certaines étapes.
  • En formation encore, pour évoquer les différentes étapes de la journée que nous allons traverser ensemble.
  • Dans un contexte plus personnel, les cartes émotions de Virginie de Bougribouillons sont top! Elles permettent d’exprimer simplement les émotions que l’on ressent.
  • Dans le même registre, les cartes des (70) besoins du Fccpf Belge sont top aussi. Une fois l’émotion posée, on peut choisir une carte pour exprimer son besoin du moment et le communiquer à l’autre. Testé et approuvé par la (petite) communauté locale 😉

Pour ceux qui sont à la recherche de cartes, sachez qu’il en existe pléthore. A vous de choisir en fonction des sujets que vous souhaitez aborder : sur le site du Souffle d’or notamment vous trouverez les cartes « Habitat » sur les sujets liés aux lieux de vie, les cartes « Persona » pour les individus, et de multiples autres.

Pour ceux qui rechercheraient des cartes émotions plus détaillées que celles mentionnées ci-dessus, sachez que le Fccpf Belge a un pack avec des cartes émotions plus détaillées (86 cartes) et également celles des sensations (82 cartes), pas encore testées, mais ça ne saurait tarder 🙂

2020

Dans mon 2020 il y aura des cafés qui font du bien comme ce matin.

Il y aura aussi des larmes de soin , celles qui sont mêlées de sourires et de larmes encore. Vous savez, celles qui font un bien fou et qui libèrent l’enclume qu’on ne savait plus qu’on avait sur la poitrine.

Il y aura aussi du rythme avec des grosses basses, du mouvement, des parquets en bois, des discussions de ouf, des rêves incroyables (…mais vrai, même si on le sait pas encore), des cercles puissants.

Ça parlera aussi reforestation, je sais pas si on ira au bout, mais au moins, c’est là. Ça parlera d’eau et de rivières, et de reconnexion au sacré.

Il sera aussi question de déconnexion un peu, et de reconnexion beaucoup : ça jasera jardin, semis, plantation, graines, fleurs, récolte, observation surtout et admiration beaucoup.

Il y a aura bien sûr des visuels aussi, en live, pour continuer à vous écouter dans ces moments si particuliers, et vous offrir à voir ce qui est.

Du lâcher-prise encore, de l’acception toujours. De l’amour, de la patience, bref, un chemin qui chemine 😉

Et j’ai donc envie de vous souhaiter, non pas la même chose, mais de faire votre liste à vous de ce qui vous anime profondément et de cheminer dessus tout au long de 2020.

Parce que la seule personne que l’on peut aider pour rendre le monde meilleur, c’est soi-même. Ce que vous faites, vous le faites pour vous, mais aussi pour nous et pour la Terre. Alors s’il vous plaît, prenez soin de vous.

Le cercle de dialogue – Principes de conversation

Peut-être connaissez vous déjà les cercles de dialogue? Retour aux temps anciens ou un groupe assis en cercle partageait un temps d’échange… Simple me direz-vous mais extrêmement puissant lorsque le processus est bien mené.

Pour avoir expérimenté la force de cet outil à de nombreuses reprises, je souhaitais partager ici plusieurs règles et principes du cercle de dialogue.

Le premier : les principes de la conversation.

 

Pour ceux qui souhaitent creuser la méthode, je vous recommande The Circle Way, l’ouvrage écrit par Christina Baldwin et Anna Linnea, brillant ouvrage sur le sujet et leur site ici.