Les monnaies complémentaires

C’est en allant voir le film « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent que j’ai compris l’intérêt des monnaies complémentaires. Il ne s’agit pas de vouloir remplacer les monnaies nationales mais bien de les compléter en renforçant la richesse de l’échelon local.

Bernard Lietaer, interviewé dans le film propose la métaphore de la forêt pour nous aider à comprendre le système.

Je vous la propose en visuel ci-dessous  :

systeme

Actuellement, notre système est une véritable monoculture monétaire qui valorise principalement les monnaies nationales et qui concentre les richesses au sommet :

monoculture

Publicités

Graine de sens

J’ai découvert il y a quelque temps l’ouvrage : « Graine de sens »publié aux Éditions de La Martinière. L’auteur , Olivier Clerc nous propose 52 métaphores, chacune joliment illustrée par Alice Gilles.

couv

 

Chacune de ses métaphores propose un éclairage sur la vie et notre façon d’appréhender le monde.

surfeur

 

trapezes

J’ai trouvé cet ouvrage très inspirant, à garder près de soi. On peut s’appuyer dessus lorsque l’on cherche à expliquer une situation ou bien pour avoir un éclairage nouveau sur ce que l’on vit. Je recommande!

Ice Breaker : « Je me sens comme… »

J’ai eu le plaisir de tester cette semaine un nouvel Ice Breaker avec les étudiants de l’Institut du Thermalisme de Dax.

Nous avons démarré la seconde journée de séminaire par un Ice-Breaker. Un peu dans l’esprit du « Check In » (merci Life is a serious game) , l’idée était de permettre à chacun d’exprimer et de partager son ressenti au moment d’aborder cette seconde journée ensemble.

J’ai proposé aux étudiants de démarrer leur(s) phrase(s) par : « Je me sens comme… » Libre à eux de compléter la suite à leur convenance. Et d’expliquer leur idée ou non au groupe.

Je me sens comme_2

Nous avons gardé un court temps de réflexion individuelle pour démarrer (30 secondes à 1 minute en fonction des besoins du groupe), puis chacun a partagé son ressenti avec une métaphore.

Nous avons eu le plaisir de voir fleurir des métaphores diverses et variées : certaines drôles, d’autres plus sérieuses, ambitieuses ou encore endormies…. :  dans tous les cas, très riches en informations sur la situation du groupe à un instant t.

Dans quelles situations l’utiliser ?

  • Un groupe au sein duquel la confiance règne (pas de conflit majeur), des participants ouverts, qui abstiennent leur jugement
  • Je l’utilise plutôt le second jour du séminaire. C’est un peu brut pour un premier jour. Les métaphores sont très personnelles et en disent long sur l’ambiance du groupe.

Aller plus loin :

  • J’ai eu l’idée de cette technique en découvrant le « Clean Language ». Il s’agit d’une méthode qui cherche à travailler sur le paysage métaphorique unique et très personnel de chaque individu. Plus d’info sur le Clean Language,c’est par ici!

La permaculture

Il y a quelques semaines de cela, je suis tombée sur un article insolite qui nous proposait de trouver un nouveau nom à la permaculture (le lien ici)… Trouver un nouveau nom à la permaculture, quelle drôle d’idée!?!?!?

 

L’auteur de l’article nous explique pourtant que « Cela fait donc près de 45 ans que la permaculture existe dans le monde entier et elle commence seulement maintenant à devenir « populaire ». Une piste pour expliquer la lenteur de sa popularité, pourrait résider dans le terme « permaculture » lui-même. »

 

Changer le terme, c’est un peu radical selon moi, mais si déjà on arrivait l’expliquer ce fameux terme de « permaculture »? Si on trouvait une métaphore simple pour expliquer ce qu’est la permaculture? Métaphore, oui, mais encore faut il en trouver une qui soit juste…

 

Je me suis donc mise en quête d’informations, d’abord pour essayer de comprendre moi même ce qu’est la permaculture, puis pour essayer de trouver une analogie assez juste… C’est vrai qu’en général, les sites se battent pour expliquer la permaculture et les définitions ne sont pas toutes simples, loin de là. C’est donc après des semaines de recherches et de pérégrinations sur le net que j’ai trouvé :

  1. une idée de métaphore à vous proposer
  2. une furieuse envie de découvrir et de pratiquer la permaculture « en vrai »

 

Alors, avant de parvenir à faire mon jardin, je vous propose donc une métaphore en image sur la permaculture :

Permaculture light

Cette métaphore n’est pas une fin en soi, plutôt une proposition. Si elle vous inspire d’autres idées ou des réflexions, n’hésitez surtout pas à les partager!

Et si le sujet vous intéresse, voici quelques liens chouettes trouvés au cours de mes pérégrinations en ligne :

  • La ferme du Bec Hellouin, une référence en France (leurs vidéos m’ont fait rêver) : le lien ici.
  • Une interview intéressante (et simple?) de Maxime de Rostolan, coordinateur du projet « Fermes d’avenir » : le lien ici.
  • L’article de Rue89 sur la culture sur butte : le lien ici.
  • « Ça y est! J’ai compris ce qu’est la permaculture! », un reportage de Reporterre : le lien ici.

Expliquer la COP 21

Mais qu’est ce que c’est que cette fameuse COP 21 dont on nous parle sans cesse?

Pour expliquer simplement cet évènement, j’ai choisi de faire l’analogie entre l’accord sur le climat et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Explications en image :

COP 21 LightEt si vous cherchez des infos complémentaires sur la COP 21, c’est par ici!

Les émotions, c’est la météo de notre vie

L’idée est extraite de l’ouvrage « Je danse donc je suis » publié aux Editions Albin Michel en 2015. Page 175, Ya’Acov Darling Khan nous explique que les émotions sont comme la météo. J’ai repris cette idée pour la mettre en visuel :

météo2.jpg

« Dans la danse, on apprend que l’émotion est un peu comme la météo : parfois il pleut, parfois le soleil brille, ou bien la tempête menace. Toutes ces variations ont leur place : sans pluie, rien ne pourrait pousser; sans vent, tout deviendrait statique. Nos émotions sont un véritable baromètre intérieur, avec lequel il est important d’être en contact. Le meilleur moyen d’établir la connexion, c’est de donner l’autorisation au danseur de danser avec ses différents temps. Alors nos émotions peuvent remplir leurs rôle, et la danse maintenir notre précieux équilibre. »

Extrait de « Je danse donc je suis » – Catherine Maillard, publié aux Editions Albin Michel en 2015