Les croyances limitantes

Cet article s’inscrit dans la série de ceux sur : / Mon histoire d’entreprenariat /

Il y a celle que je pensais être. Et celle que je suis.

Cette personne qui rougissait jusqu’à parfois devenir bleue en parlant en public, c’était moi. Forcément, en partant de cette base, imaginer un jour travailler devant des groupes, ça n’était même pas de l’ordre du pensable.

Et puis un jour, cette même personne que j’étais a dû animer une réunion devant une dizaine d’élus communaux. Je vous laisse imaginer mon état de stress…

Contre toutes attentes, j’ai adoré l’expérience.

Je ne l’explique pas.

Je pensais aussi être celle qui ne savait pas dessiner, celle qui ne croyait pas pouvoir créer une entreprise qui fonctionne avant ses 50 ans, celle qui ne serait jamais une femme de réseau, celle qui pensait tant d’autres choses encore…

Et puis, il y a celle que je suis. Aujourd’hui.

Mon histoire d’entrepreneuriat

Je sens ces derniers temps l’élan de vous partager des bribes de mon histoire d’entrepreneure. Pas du business en mode « Les Echos » ou « BFM Business », mais plutôt une vision totalement subjective, assumée, de mon parcours.

Je réalise depuis plusieurs années à quel point les histoires des autres me touchent, même si elles sont très différentes de la mienne. C’est dans cette optique que j’ai envie de vous partager des petits bouts de mon histoire.

Je publierais ici sur le blog et probablement sur les réseaux sociaux aussi ces petites tranches de vie. Pas de début/milieu/fin, mais plutôt des coups de projecteur sur des moments particuliers.